U4 Anti-Corruption Resource Centre

This Anti-Corruption Helpdesk brief was produced in response to a query from a U4 Partner Agency. The U4 Helpdesk is operated by Transparency International in collaboration with the U4 Anti-Corruption Resource Centre based at the Chr. Michelsen Institute.

Query

Quel est le rôle des pays du G20 et du Comité d’aide au développement de l’OCDE dans la lutte contre les flux financiers illicites en provenance des pays en développement au niveau international et sur le terrain?

Purpose

Nous souhaitons soutenir les activités des donateurs dans ce domaine.

Content

  1. Les flux financiers illicites : introduction
  2. Le rôle des pays du G20 et du Comite d’Aide au Développement (CAD) de l’OCDE dans la lutte contre les flux financiers illicites
  3. Le rôle des organismes de développement dans la lutte contre les flux financiers illicites en provenance des pays bénéficiaires de l’aide
  4. Bibliographie
  5. Annexe : synthèse des flux de ressources comparés aux ressources nationales

Summary

Les flux financiers illicites ont des répercussions profondes sur le développement social et économique des pays en développement. En raison de la corruption, du blanchiment d’argent et de l’évasion fiscale, le volume des sorties de capitaux dépasse les afflux d’aide et d’investissements étrangers directs dans de nombreux pays.

La communauté internationale et, en particulier, les pays membres du G20 et du Comité d’aide au développement (CAD) de l’OCDE ont un rôle important à jouer. Au niveau international, les normes mondiales visant à identifier et à prévenir les cas de blanchiment d’argent doivent être renforcées et appliquées, y compris les règles qui consistent à identifier les personnes politiquement exposées et les bénéficiaires effectifs. La communauté internationale peut également promouvoir des normes internationales relatives à l’évasion fiscale. Par exemple, des règles peuvent obliger les sociétés multinationales à rendre compte de leur pays d’opérations et les autorités fiscales à échanger automatiquement les informations, tout en maintenant la cohérence des politiques. Le renforcement de la répression des actes de corruption commis à l’étranger ainsi que le gel et le rapatriement des avoirs volés peuvent également contribuer à faire savoir que la corruption n’est pas tolérée.

Authors

Maira Martini, Transparency International, mmartini@transparency.org

Date

19/11/2014

Tags

Close search

Responsive versions of the site in progress.